Dugong déclaré éteint en Chine.

Dugong : le mammifère marin qui a inspiré les mythes sur les sirènes est éteint en Chine

Un groupe de chercheurs de Société zoologique de Londres (ZSL) et la Académie chinoise des sciences rapporté que le dugong (dugong dugong) est désormais « fonctionnellement éteinte » en Chine. Dans la recherche, publiée mercredi dans la revue du Société royale de la science ouverteIls disent que c’est la première extinction fonctionnelle d’un grand mammifère dans les eaux côtières du pays asiatique.

« Les enregistrements historiques des dugongs ont rapidement diminué à partir de 1975. Il n’y a aucun enregistrement documenté après 2008, et aucune observation de terrain vérifiée après 2000. Sur la base de ces résultats, nous sommes obligés de conclure que les dugongs ont connu un effondrement rapide de la population au cours de la dernières décennies et sont maintenant fonctionnellement éteintes en Chine », expliquent-ils dans l’article.

Vous pourriez être intéressé Des acteurs du monde entier s’unissent pour exiger un traité qui protège les océans

Fonctionnellement éteinte signifie que la population n’a plus de rôle significatif dans un écosystème et qu’il n’existe aucun rapport historique sur son existence. Les causes de son extinction, disent les chercheurs, ont été la pêche, les collisions avec les navires et la perte d’habitat, les herbiers.

Les auteurs ont recommandé que le L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui tient une « liste rouge » groupe de conservation, réévaluer le statut des dugongs comme étant en danger critique d’extinction (peut-être éteints) dans toutes les eaux chinoises.

Comment sont les dugongs ?

les dugongs sont mammifères aquatiques Ils appartiennent au même groupe que les lamantins, les siréniens. Il est actuellement le seul représentant de son genre et le membre survivant de la famille des Dugongidae, qui comprenait également la vache marine de Steller (Hydrodamalis gigas), éteinte en 1975 en raison d’une chasse aveugle.

Physiquement, il ressemble beaucoup aux phoques et aux morses, mais génétiquement, ils sont apparentés aux éléphants. En plus d’être plus petit que les lamantins, sa nageoire caudale ressemble davantage à celle des cétacés. Il peut atteindre 3 mètres de long et peser 200 kilogrammes.

C’est un mammifère herbivore qui habite les côtes des pays tropicaux et subtropicaux des océans Indien et Pacifique. Plus précisément, il nage dans les eaux peu profondes du Mozambique, de Madagascar, du Sri Lanka, des Philippines, de la Nouvelle-Guinée, du nord de l’Australie, de la Polynésie française, des îles Salomon, de Taïwan, du Japon et, jusqu’à récemment, au large des côtes chinoises.

Ils sont également connus sous le nom de vaches marines, car ils se nourrissent uniquement d’algues (herbes marines) dans les zones côtières, où ils paissent généralement la nuit.

Vous pourriez être intéressé Le changement climatique pourrait menacer jusqu’à 90% de la vie marine

Ces animaux aussi inspiré les mythes des sirènes en Asie et dans certaines parties de l’Océanie. Dans une grotte qu’ils ont découverte en Malaisie en 1959, les scientifiques ont découvert des représentations vieilles de 3 000 ans qui ressemblaient à des dugongs. Et, en fait, le mot qu’ils ont utilisé se traduit par « dame de la mer » en malais, a expliqué le magazine National Geographic.

« Notre nouvelle étude montre des preuves solides de la perte régionale d’une autre espèce de mammifère aquatique charismatique en Chine, malheureusement une fois de plus entraînée par une activité humaine non durable », a déclaré Samuel Turvey, professeur et chercheur à l’Institut de zoologie ZSL.

A lire également