Les inondations au Pakistan, qui ont fait plus de 1 200 morts, ont été fortement influencées par le changement climatique.

Les pays vulnérables demandent à l’ONU de créer une taxe pour financer les dommages climatiques

Un groupe de pays vulnérables au changement climatique demandera avant la 77e session de la Assemblée générale des Nations Unies de l’ONU qui a lieu depuis le 13 septembre, la création d’un impôt aider à payer les pertes Oui dégâts causé par le catastrophes climatiquescomme l’ont révélé les médias britanniques Le gardien. L’initiative, selon le média, comprendrait des taxes qui seront difficiles à négocier avec les pays les plus riches. (Vous pouvez lire : Le tueur qui tue, troisième épisode de la série ‘Coca, le tueur qui ne tue pas’)

Certaines des taxes qu’il est proposé de créer seraient, en premier lieu, sur le carbone. Aussi de nouvelles taxes sur voyage en avionaux combustibles de navires très polluants, ainsi que l’extraction de combustibles fossiles et enfin à opérations financières.

Fin février, le Groupe d’experts intergouvernemental sur les changements climatiques (GIEC, pour son sigle en anglais) a averti qu’entre 3 300 et 3 600 millions de personnes vivent dans des contextes hautement vulnérables aux changement climatique. Compte tenu de ce scénario, les pays les plus touchés par la crise climatique proposeraient la création de cette taxe, car ce sont généralement ceux qui ont les plus grandes pertes financières et ceux qui ont le moins d’argent disponible pour faire face aux urgences. (Cela pourrait vous intéresser : Ils recherchent un ours à lunettes qui s’est échappé de Jaime Duque)

Par exemple, récemment, dans un rapport selon lequel les îles des Caraïbes Antigua et Barbuda ils l’ont envoyé à ONUa averti qu’en raison de l’augmentation de la température de la mer et de l’air dans le Caraïbes une super tempête pourrait être créée qui, en très peu de temps, causerait des dommages de près de 10 000 millions de dollars, soit six fois son produit intérieur brut (PIB) annuel.

La proposition qui sera présentée vient tout juste d’une annonce faite par Ian Fry, rapporteur spécial du ONU sur la protection des droits de l’homme dans le contexte de changement climatique, de la même manière. Après avoir effectué une visite de 10 jours dans les régions les plus touchées par les inondations au Bangladesh, Fry a déclaré qu’il était urgent que les pays qui émettent le plus de gaz à effet de serre se conforment à « une obligation claire » de fournir des fonds pour aider les pays très vulnérables. au changement climatique. (Vous pouvez également lire : L’Inde accueille à nouveau les guépards, 70 ans après leur extinction)

C’était l’un des sujets à l’ordre du jour de la dernière Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques qui a eu lieu à Glasgow l’année dernière. Cependant, les progrès à cet égard ont été minimes. C’est pourquoi il est prévu que lors de la prochaine COP, qui se tiendra du 6 au 18 novembre à Sharm El Sheikh, en Égypte, ce sera l’un des sujets prioritaires.

A lire également